jeudi 23 février 2012

8

00h04
Joseph s'ennuie avec attention. Il reçoit le silence dont il demeure une source. La nuit laboure ses humeurs et le dispose à l'attente. A l'étage sa petite fille organise le monde à la démesure de son sommeil immense. Joseph observe la fosse dans laquelle un jour son propre corps pèsera, inerte. Sa mort lui paraît crédible. Son crâne vide, empoussiéré, poli par les ans, est bien celui-là que tapisse aujourd'hui sa peau. Un sourire urgent relève les commissures de ses lèvres.     

Aucun commentaire: