vendredi 24 février 2012

9

14h56
Certaines femmes vaguent et déroulent de vastes cheminements dans les espaces commerciaux. Comme de lentes planètes silencieuses elles vont le long des étals et scintillent parmi les colifichets, leggings, bibelots et sketbas. Leurs yeux vides et savoureux, repus d'images et de slogans, tournent sans cesse sous les paupières peinturées, dans leurs retraits frangés de cils bien peignés. On dirait le bal des belles méduses au loin dans les grands fonds. La quadrille langoureuse des amibes en beauté. On dirait des humaines attrayantes que de brillantes lueurs ont attiré hors d'elles-mêmes, dans les vitrines d'un rêve à jamais pourrissant.

Julien Boutonnier

Aucun commentaire: