samedi 27 octobre 2012

252 - Hors la lumière - Les rudérales 22






     le site perce l’écho du silence

     à même l'automne
     une feuille
     empoigne le versant 
     des morts
     l'air des lumières 
     au lieu dit du jour
     s'époumonant 

     une feuille d'un arbre a versé son élan sur le seuil déversé

     ma peau de temps
     mon visage tempétueux
     mon épaisseur que je suis
     ma peur de transparaître

     le deuil déversé:
     le jour et le corps
     à chaque heure 
     arrachés 
     versent leur élan
     dans les veines des lettres
     mortes

     arrachés 
     à la transparence de l'eau
     morte  

     suit le temps
     s'ensuivent les lettres
     dans ma peur de transparaître

     le sang des voix dans les lettres ressuscitées 
     le jour et le corps

     mes yeux pleurent
     ma bouche hurle
     mes mains s'agrippent
     mes pieds se dérobent
     oh mon frère 
     tes épaules sont des plaines
     immenses
     mes douleurs s'y perdent 
     ruissellent dans l'herbe 
     sous les sabots du bétail

     les paravents poudreux de vent
     l'hiver 
     sur les longues femmes 
     aux longues bottes
     dans le vent recelant les cris 
     des ombres pâles

     oh mon frère
     tes mots m'ont arraché
     au miel de l'enfance
     tes mots m'ont ouvert
     jusqu'au grand nerf

     les femmes dans l'hiver
     portent les étincelles
     oh mon frère
     le peu du feu
     dans les plaines froides

     mes colères muettes
     mes sourires ravagés
     mes souhaits de mort
     mes haleines mortes

     sous les sabots du bétail 
     je charrie le jour 
     je tire le corps
     dans les lettres innervées de cris 

     parce que

     hors la lumière eut lieu 
     ce ravissement
     insu
     insistant













La lunette d'approche

Aucun commentaire: