vendredi 1 septembre 2017

675 - peut(-)être un journal








*

Je ne me lasse pas de considérer l'eau du canal. Elle reste une surprise, elle est cet événement dont la portée n'a pas encore trouvé de butée. Je ne comprends pas l'eau.

*

il y a le temps qui fait les arbres

                  ton assurance verticale
                  et ce ventre dont on se plaint

linéarité du doute
        discrète et jusqu'à
                  l'anéantissement

nous marchons de concert
le long des amours
que nous sommes

                les éboulis nous pensent
                nos corps acquiescent

une histoire a lieu dans les gestes du jour

       qui peut consentir encore
       à s'abriter dans ce qui divise?

*

C'est curieux tout de même qu'on entende éteint dans étincelle.

*

"S'amarrer à un point de hasard pour ensuite s'exposer et s'ouvrir à tout ce qui est dans le monde environnant, sans distinction de forme et de nature."
 E. Coccia, La vie des plantes, une métaphysique du mélange,
Bibliothèque Rivages, p125

*

jeudi 15/10/15, 12h48
métro, debout


c'est depuis / une saccade

le rythme blanch.  

                                                   et quand tu es l/à avec ce
                                                   qui va jusqu'à la fuite
                                                   qui nous fait

                                                            j|e tiens
                                                               une main de la
                                                                      veille
                                                       : une équation plate
                                                         qui recense
                                                         des contours

                                                    avec à l'intérieur du manque
                                                    à l'appel

                                                     oui c'est debout dans la
                                                     succession _ sous les
                                                     ardoises _ le retrait d'un
                                                     après-midi _ c'est là que
                                                     suit au bout des doigts


***











Aucun commentaire: